Historique | IMEX-CGI / spécialiste des solutions en photovoltaïque, éolien, solaire thermique et éclairage solaire

Historique

Les premières traces de miroir parabolique remontent à l’antiquité, époque à laquelle les Grecs allumaient la flamme olympique grâce aux seuls rayons du soleil et à un tel miroir.

 

En 1615, Salomon de Gaus construit une pompe solaire, utilisant de l’air chauffé avec le rayonnement solaire.

 

En 1747, M. de Buffon expérimente un miroir dont les nombreuses glaces concentrent la lumière du soleil vers un même point : il arrive ainsi à faire fondre un morceau d’argent (dont la température de fusion est de 1044°C).

 

A la fin du XVIIIème siècle, Lavoisier construit un four solaire qui atteint la température de 1800°C. Pour cela, il concentre les rayons solaires à l’aide d’une lentille à liquide.

 

Les premiers capteurs solaires thermiques à basse température remontent aux années 1780 quand H. B. de Saussure met en évidence l’effet de serre obtenu par un vitrage au-dessus d’un absorbeur dans un caisson isolé.

 

En 1816, Robert Stirling invente le “moteur à air chaud” (appelé aujourd’hui “moteur Stirling”), à 4 temps.

 

En 1866, Augustin Mouchot présentait la première machine à vapeur solaire. Il utilisait alors un réflecteur parabolique pointé vers l’astre du jour pour capter le rayonnement. Il met ensuite au point de nombreuses autres inventions : pasteurisation solaire, distillation solaire, cuisson solaire, pompage solaire, concentrateur parabolique alimentant des machines thermiques … Il gagne notamment la médaille d’or à l’exposition universelle de 1878 avec un réflecteur de 5 mètres de diamètre associé à une machine à vapeur qui actionne une presse d’imprimerie.

 

Le physicien écossais James Dewar découvre en 1893 la bouteille thermos selon le principe d’un récipient à double paroi avec un vide d’air assurant une parfaite isolation. Le principe de la bouteille thermos sera ensuite développée pour la conception des capteurs solaires à tubes sous vide.

 

Dans les années 1910, les premiers chauffe-eaux solaires apparaissent en Californie.

 

En 1913 Frank Shuman développait en Egypte des puits actionnés à l’aide de machines à vapeur solaires. La découverte de l’or noir au Moyen-Orient dans les années 1920 a réduit considérablement le développement de ces « machines solaires » dérivées de la technologie de la vapeur.

 

Comme de nombreuses technologies d’énergies renouvelables, le solaire thermique connait une phase de croissance importante entre 1973 et 1985 en réaction au choc pétrolier.